Final Fantasy Rebirth
Ouvrir


.
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une bonne bière rouge (Libre)

 :: Taverne Mräk
Jeu 18 Oct - 19:57
Une bonne bière rouge


Aujourd’hui était un bon jour. Un jour bon tout en étant un bon jour. C’était le calme dans le chaos de l’immeuble, les bruits d’habitude si criards se faisaient si muets et surtout l’atmosphère si oppressant semblait même sereine. Un réveil simple, un peu de soleil, un silence calme et apaisant qui semblait presque surréel. Non, il l’était. Il était presque improbable que Taly se réveille dans ce calme effarant et dans ce silence léger et agréable. Et pourtant, c’était comme si tout le monde avait retenu son souffle, retenu le moindre bruit pour que Taly se réveille tranquillement, qu’elle s’étire gaiement et se lève en tout tranquillité. Oh je vous épargne les détails de son lever, se laver, tenter de faire à manger et ainsi de suite. Tout ça ne résultant étrangement pas à une colère, mais plutôt à un calme continu. Oui, aujourd’hui, c’était un jour calme pour Taly. Elle se sentait de bonne humeur aujourd’hui.

Assez de bonne humeur pour enfiler sa robe préférée. Elle était blanche, entièrement exceptée certains petits bijoux décorer visiblement de gemmes de couleurs violet au niveau de la ceinture à sa hanche et du nœud au niveau de son cou. La robe était facile à enfiler, Taly n’ayant qu’à glisser ses pieds et remonter la robe qui s’attachait à l’arrière du cou. La robe laissait à découvert ses épaules et ses bras, faisant à peine la différence entre la blancheur de sa robe et celle de sa peau. Elle enfila ensuite ses gants légèrement bouffis au niveau de ses bras et se terminant ouvert au niveau de ses mains. La robe finissait au niveau de ses chevilles, assez ample pour que ses mouvements ne soient pas restreints et donnant tout de même une allure assez noble. Taly adorait cette robe pour la simplicité du vêtement, sa facilité à l’enfiler autant qu’à l’enlever et l’aspect de plusieurs couches de la robe, n’étant en réalité qu’une illusion habilement orchestrée par la couturière. Taly pris une épingle à cheveux ornée d’une robe blanche décorée d’une gemme violette en son centre et le posa dans ses cheveux rouges. Elle s’admira dans son miroir puis prit la peine d’ajouter une touche de maquillage rouge autour de ses yeux et très légèrement sur ses lèvres déjà bien écarlate. Pour finaliser le tout, elle enfila simplement des talons de couleur rouge et elle tourna sur elle-même en riant. Elle était vraiment pathétique. Franchement… prendre autant de temps pour s’habiller? Ça ne la rendait certainement pas plus jolie à mon avis. Oh arrête de rire Taly!

Taly sortit donc ce matin-là, ou plutôt, ce midi-là vu l’heure à laquelle elle avait fini de se préparer. L’endroit grouillait maintenant de vie… Ou plutôt de mort selon mon point de vu. L’immeuble restait relativement calme jusqu’à ce que Taly pose les pieds dehors. Le reste était sombre, déprimant, malsain et dangereux, mais une femme en blanc avec une ombrelle blanche dont la couleur rouge de ses cheveux faisait fuir les plus braves. C’était comme voir le danger avant même qu’il n’arrive devant vous. Elle sortait bien trop de l’ordinaire, avec son sourire un peu trop joyeux et presque tendre. Elle se mettait à saluer les passants qui la dévisageait et elle rigola même devant une flaque d’eau. Oh Taly… Ne vois-tu pas à quel point tu vis dans un monde noir? Pourquoi porter du blanc? Et pourtant… Rien ne semble tâcher ta robe, même pas la saleté du sol, comme si elle refusait de s’approcher de toi. Il ne faut pas croire que Taly avec son ombrelle n’est pas dingue, elle l’est, mais surtout, elle n’est pas sans défense. Cette fichue robe est surtout utilisée pour cacher facilement ses couteaux. Taly porte toujours quelque chose sous sa robe et c’est souvent des dagues et des couteaux. Imprudent sera celui qui osera mettre la main par là. Ah… Taly arrête de regarder ce pauvre homme, il va uriner sur lui et ce sera très désagréable. Dépêche-toi d’aller à la taverne qu’on en finisse!

La taverne, c’est un endroit qui devrait être d’une insalubrité insupportable et pourtant, c’est un endroit qui reste propre. Enfin, relativement. Disons que la rue se trouve plus sale que l’endroit. C’est un endroit synonyme de plusieurs choses. De repas, de boisson, d’amusement et de travail. Oui, les contrats sont souvent établis dans cette ambiance joviale, chaotique et parfois un peu lourde. Taly se planta devant la porte, faisant claquer ses talons et poussa doucement la porte, fermant son ombrelle avant d’entrer de sa démarche élégante. Les cris et les rires se transformèrent rapidement en murmures étouffés et même jusqu’à avoir un silence complet quand le bruit de ses pas résonnèrent dans la taverne. Elle s'avança avec un sourire bienveillant, légèrement dérangeant sur les bords alors qu’elle saluait de la tête le tavernier de l’endroit. On lui rendit son salut et elle s'avança vers le fond de la taverne, l’endroit ayant certaines tables libres ou en nombre très restreint. On aurait dit qu’il y avait vraiment une division de la salle parfois, quand une partie de la salle était bondée et que l’autre restait vide. Ce n’était pas interdit de s’y asseoir, mais il fallait avouer que les gens évitaient. Ils évitaient de s’attirer les regards et surtout l’attention d’un assassin qu’ils dérangeraient par accident. Il n’y avait que les habitués ou les membres de Mräk pour s’y asseoir… ou alors les plus braves et stupides. Taly alla s’asseoir à la table le plus au fond et ce ne fut que quand elle fut installée, ayant posé son ombrelle à côté d’elle que les murmures reprirent puis lentement des voix plus sûres d’elles se firent entendre, mais il restait une tension dans la salle. Taly, cette grosse idiote, était tellement flippante à sourire que les gens essayaient de ne pas attirer l’attention. Arrête de sourire, débile! Tu leur fiche la trouille! Taly tu m’écoutes au moins? Non, bien sûr que non! Tu es sourde évidemment! Allez, prend cette bière rousse que le gentil tavernier t’a apporté et bois. Je ne sais pas ce que tu attends, mais j’espère que ce sera plus plaisant que de devoir parler avec toi. Non ne me réponds pas à voix haute! Et arrête de ricaner, tu es trop flippante. Ah Taly… Tu es un phare dans cette taverne, une femme blanche et rouge au milieu de la noirceur. Le premier qui pensera à la pureté, se mettra vraiment une dague dans l’œil.


(Hrp: Bonjour! Alors, ce rp est totalement libre. N'importe qui peut le rejoindre, qu'il ait à y être ou non. Mes réponses ne seront sûrement pas aussi longues, m'étant principalement concentré sur les descriptions sur le premier. N'hésitez pas à rejoindre, si vous avez des questions, mp moi, etc etc. Hâte de rp avec vous!)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 89
Date d'inscription : 22/09/2018
Mar 30 Oct - 17:00
Cela faisait bien quelques semaines que je n’avais pas remis les pieds dans cette foutue ville, et elle ne m’avait guère manqué à vrai dire … Ses cris qui traversent les rues, ses habitants qui n’ont en tête que de s’entretuer et de se torturer, l’odeur de sang qui plane au-dessus d’elle. décidément je… Tiens, quand je disais que je n’aimais pas vraiment cet endroit… Voilà qu’un de ces monstres difformes qui ne ressemblent plus qu’à des amas de chair géants et dégarnis se pose devant moi pour me couper la route. Même plus le temps de finir mes pensées...

Depuis quand les déchets du désert ont le droit d’entrer dans la ville. Tu vas regretter d’être venu ici sous-m...

Il n’eu pas le temps de finir sa phrase que sa tête tomba au sol, accompagnée peu après de son corps, une lame cerclée revenant dans ma main noire.

Je ne suis pas d’humeur alors ferme ta gueule…

Rangeant mon arme dans le dos, sous une cape tachée de sang, je me contentai par la suite d'enjamber le cadavre, le laissant baigner dans une mare de sang noire. Encore un de ces monstres qui essaie de se donner de grand air devant les autres… Au moins, ça aura le mérite de calmer les autres dans la rue, même si la plupart me regarde déjà plutôt mal à mon arrivée… Au moins, eux, ils tiennent un tant soit peu à la vie.

Je me dirigeai, par la suite, dans mon “quartier” si on peut dire, du moins c’est là où se trouve ce que je cherche, mais avant d’y aller, un petit détour à mon chez moi. Enfin... C’est plus un léger abri où je me contente d’entreposer mes affaires mais bon, c’est mieux que rien je suppose.

Arriver au pied d’un bâtiment semblant tenir debout par chance plus qu’autre chose, je disparais quelques minutes à l'intérieur de celui-ci, avant d’en ressortir, mes voiles beiges nappés de sang ayant disparu pour laisser place à quelques morceaux de tissu assemblés en une sorte de tenue légère, tenu par quelques ceintures de cuir. Le tout surmonté par une cape couleur sable, qui malgré les quelques trous à l'intérieur, cache plutôt bien mes Chakram accroché à mon dos, tandis que mon bras droit est recouvert de nouveaux bandages propres, du moins, autant que le mot propre le permet dans cette ville, cachant ainsi la couleur de mon bras et ma gemme incrustée à celui-ci.

Plus qu’à aller à la taverne récupérer les contrats maintenant...

Par la suite, je continuai à avancer dans ce quartier, observant autour de moi. Au moins, cet endroit a le mérite d’être un peu plus calme. Peut-être dû à la présence de la taverne Mräk. Bah tiens, en parlant de ça!

Je m'arrêta devant un bâtiment étrangement “propre” pour une ville pareil, avant d’y entrer, un lourd silence tomba soudainement dans la taverne, elle qui normalement est connu pour sa forte ambiance. Je me diriga vers une des tables du fond de la taverne, où semblait être assis un petit groupe de membres Mräk ,peut être des initiés ou assassins qui sait, mais une fois arrivé à côté de cette table, je posa fermement mon bras droit sur celle-ci, en gueulant

Dégager d’ici ! C’est ma table, je le redirai pas deux fois…

Il n’en fallut pas plus à ceux-ci pour déguerpir, rien que mon arrivée les avait déjà fait suer.

Aucun respect…

Je m’assis donc à ma place, jetant un rapide coup d’oeil à la population dans la taverne, l’ambiance quant à elle semblait petit à petit reprendre vie et je fus rapidement rejoint par le tavernier qui déposa devant moi quelques affiches.

Yo le nomade, alors ces contrats, pas trop facile j'espère ? En tout cas, je t’ai gardé quelques contrats qui me semblaient plutôt intéressant de côté pour toi, profite bien.

Je fis un léger signe de tête au tavernier pour le remercier, tout en sortant de ma poche les “preuves” des précédents contrats: une bague finement sertie de pierre précieuse, une gemme rouge encore tachée de sang, ainsi que quelques foulards de différentes couleurs.
Suite à quoi le tavernier me passa un petit sac de toile contenant la récompense de ces contrats… En tout cas, rien de bien extraordinaire dans ces nouveaux contrats proposés, à part peut-être cette demande de recueillement d’information à propos d’une… impératrice. Ma foi, cela semble plutôt intéressant... À voir.


Bon… Et maintenant…

Disais-je, relevant la tête, avant d’apercevoir, assis à quelques tables de moi du côté des membres de Mräk, une silhouette qui m’est plutôt familière… Et qui surtout, vu la couleur de ses habits, est plutôt reconnaissable, et apparemment elle aussi m'a reconnue, son grand sourire en ma direction voulant tout dire ...

Merde pas elle…

Je détournai rapidement mon regard, me replongeant dans les contrats, faisant comme si je ne l'avais pas vu.

_________________
Quand le noir fait du soleil le sien, prend donc garde aux Tenvaltiens

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 22/09/2018
Ven 9 Nov - 16:42
Taly… Faut arrêter de regarder les gens comme ça. Et de sourire surtout. Tu t’es déjà regardé dans une glace? Oui, je sais que tu l’as déjà fait, ne répond pas à voix haute. Ne ricane pas non plus! Oh Taly… Si seulement je pouvais m’enlever de ta tête et aller me promener loin de toi, je serais libéré de ta folie et de ta tête qui tourne carré. Des vacances de toi et de ta bizarrerie. Si seulement… Il ne faut pas faire attention à Taly, car elle est toujours comme ça. Elle sourit et elle pense que son sourire est calme ou encore bienveillant, mais ce n’est pas le cas. Elle sourit de ses dents blanches qui semblent encore plus pâles que sa peau d’ivoire. Son sourire était peut-être magnifique et grand, mais ses yeux ne reflétaient qu’une froideur et une folie profonde. Elle regardait les autres avec amusement, comme si elle se demandait comment les faire cuire ou encore, que se passerait-il si elle ouvrait leur ventre en deux? Comment réagiraient-ils si elle décidait de leur arracher un oeil? Puis elle baissa les yeux sur sa bière, prit une bonne gorgée et se mit à ricaner. Elle venait de voir quelque chose de très intéressant à une table pas loin. Comment pouvait-elle ne pas l’avoir vu plus tôt? Ah si, elle était occupée à parler avec moi.

Taly prit la peine de faire un grand sourire à ce qu’elle pouvait appeler un… ami? Non, franchement, Taly n’avait pas d’ami, mais il était plutôt possible de l’appeler un collègue fréquent de travail. Ça tombait bien, car elle n’avait pas de travail dernièrement, peut-être que ce fameux collègue pourrait l’aider à en trouver un. À en… partager un même. Elle gloussa, son rire semblant glacer les oreilles des tables autour et elle se leva lentement, ne lâchant pas ce cher Al’Den du regard. Elle agrippa sa chope et s’approcha très lentement de la table quasi désertique de l’homme du désert. Sa démarche était lente, mais elle attirait le regard comme si Taly était une dame qui marchait élégamment. N’était-elle pas une magnifique lady? Du moins selon elle. Elle attirait surtout le regard pour autre chose, mais elle ne voyait pas clairement cette idiote de Taly. Elle fit un grand sourire, montrant ses dents blanches, trop blanches, sans retenue et d’une manière qui semblait presque forcée. Elle était là, debout à côté de la table et elle le regardait, ce monstre hideux. Pour moi, ce sont tous des monstres, mais lui il a un bras bizarre et on dirait qu’il a grillé au soleil. Pas du tout comme notre chère Taly qui semble son contraire avec sa peau trop parfaitement blanche. Tu es moche!


-Bien le bonjour Al’Den! Comment te portes-tu? Je suis si contente de te revoir!

Et sans plus de cérémonie, Taly s’installa gracieusement à la table sans même lui laisser le temps de refuser ou de répondre. Elle gardait ce grand sourire qui semblait se vouloir bienveillant et chaleureux alors qu’elle posait sa bière sur la table, à côté des papiers. Elle gardait ses yeux dénués de couleur sur ce pauvre assassin grillé. Elle semblait presque comme une poupée quand elle ne bougeait pas comme ça. Et n’entendant probablement pas la réponse ou plutôt l’ignorant royalement, elle tourna la tête vers les contrats, semblant légèrement plissé les yeux.

-Oh? Tu cherches un nouveau travail? Peut-être que je pourrais t’aider à chercher…

Oui bien sûr, Taly! Et personne ne t’a vu venir à 3 kilomètres avec ta question? C’est ça prend une gorgée comme si t’était innocente et n’oublie pas de payer avant de partir!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 89
Date d'inscription : 22/09/2018
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :